Les clips de la semaine #18

La musique ça s’écoute, mais parfois ça se regarde aussi. Chaque semaine, La Face B vous sélectionne les clips qui ont à la fois fait vibrer ses yeux et trembler ses oreilles. L’épisode 18 commence maintenant.

Fontaines D.C. – Liberty Belle

2019 a été une année significative pour la bande irlandaise de Fontaines D.C. Un premier disque élu album de l’année par Rough Trade, une nomination aux Mercury Prize et une tournée européenne jouée à guichet fermé, le groupe ne s’arrête plus ! Il y a peu, ils ont également été inclus dans la savoureuse line up du festival Coachella qui aura lieu en avril prochain, l’occasion pour eux de faire de nouveau leurs preuves outre-atlantique et de clamer haut et fort leur indéniable talent. Aussi, puisque deux surprises valent mieux qu’une, un nouveau clip pour leur morceau Liberty Belle (incontestablement notre favori) nous a été offert plus tôt dans la semaine. Deux minutes trente d’images, top chrono ! Diverses captations live du groupe, en salle ou en festival, où les joyeux lurons donnent vie à une musique que leur public semble grandement apprécier au vu des sourires qui se dessinent sur les visages. Quelques instants de vie sur scène auxquels sont ajoutés quelques instants d’intimité, de partage, de création, de complicité et d’amour assemblés pour le plaisir des yeux et surtout de nos oreilles ! À visionner sans modération.

Nathaniel Rateliff – It’s Still Alright 

C’est un tout nouveau tournant que prend Nathaniel Rateliff en cette année 2020. Nous l’avions découvert accompagné de son groupe Nathaniel Rateliff and the Night Sweats dans des albums très soul et puissants. Le 14 février prochain, il lancera sa carrière solo avec And It’s Still Alright, un nouvel album marqué par la mort de son ami et producteur des deux précédents albums : Richard Swift. Le chanteur se lance dans un album qui sonne beaucoup plus folk avec des titres délicats et introspectifs. Et c’est avec le titre And It’s Still Alright que l’artiste a décidé de présenter ce nouveau projet, une balade sombre et mélancolique mais pourtant teintée de notes d’espoir à travers laquelle on entend toute la souffrance du chanteur mais aussi l’acceptation et le deuil. 

Grouplove – Deleter

Quoi de plus réjouissant que de voir l’un de ses groupes préférés faire son grand retour après une pause de trois ans ? Pas grand chose à vrai dire. C’est avec Deleter que Grouplove revient parmi nous, premier single d’un quatrième album à paraître plus tard dans l’année. Et le groupe démarre ainsi l’année sur les chapeaux de roues avec ce nouveau clip signé Chris Blauvelt (Red Hot Chili Peppers, Starcrawler) où l’on y retrouve nos deux fugitifs favoris, Christian et Anna, suivis de très près par leurs fidèles camarades. Plus énergiques que jamais et toujours aussi fidèles à eux-mêmes, le groupe chante ses angoisses, ses revendications et tant d’autres problématiques récurrentes du quotidien. Ainsi, ils troquent leur combi orange contre une autre plus sobre afin de se retrouver entre quatre murs amovibles où l’art se présente comme libérateur sur ces panneaux blancs. Et nous, on adhère totalement alors merci Grouplove pour ce retour inattendu et à très vite pour la suite !

Agnes Obel – Broken Sleep

2020 c’est l’année du retour de l’enchanteresse Agnes Obel, après avoir dévoilé un premier morceau et un clip en Novembre dernier avec Island of Doom, elle nous offre aujourd’hui Broken Sleep, une capsule glaciale qui comme le clip précédent est colorée d’un bleu si froid qu’il viendrait congeler votre sang. Le thème de ce titre repose sur la difficulté de s’endormir, on le sait, le sommeil est intimement lié à la mort, on craint ainsi en fermant les yeux de s’endormir pour toujours. C’est ainsi qu’on assiste à la marche funèbre de l’artiste qui, en essayant de trouver son sommeil, se plonge dans une vallée remplie de corbeaux et de glacials et austères arbres, dans une course effrénée vers le repos, les songes nous amènent dans des abysses de notre imaginaire que même la mort ne saurait expliquer.

Myriagon – Agony

Après leur premier album Tree House, les Lillois de Myriagon ont sorti récemment Alpha, un bel EP pour lequel ils nous présentent un second clip: Agony. Si leurs productions étaient jusqu’alors plutôt orientées Jazz, et presque fusion, ils ont cette fois pris une direction aux abords électroniques tant dans leur musique que pour leurs clips. Si les intentions jazz sont toujours présentes, elles sont soulignées par quelques éléments qui apportent une belle variété à leur univers. C’est avec plaisir que l’on retrouve leurs singularités, l’apport d’un harmonica pas juste venu faire de la figuration et cette combinaison entre pop, jazz et désormais électro qui fonctionne dès les premières notes. Si vous ne l’avez pas encore fait, on vous recommande vivement d’aller découvrir leur EP Alpha, sorti en fin d’année dernière.

Other Lives – Lost Day

En cette première vraie semaine de 2020, beaucoup d’annonces ont été faites. Parmi elles, une qu’on attendant avec impatience, sans vraiment y croire. Cinq ans après le sublime Rituals, les américains de Other Lives sont donc de retour avec un nouvel album For Their Love prévu pour avril. Et ils ouvrent les pages de ce nouveau chapitre avec le super Lost Day. On y retrouve ainsi tout ce qu’on aime chez le groupe de l’Oklahoma : cette voix envoutante, ces harmonies (vocales et musicales) folles et ces ambiances qui les rangent dans la même cour que les géniaux Beirut ou The National. Avec ce premier extrait, Other Lives nous invite donc dans un monde ample, chaleureux et poétique. Le clip de James Taylor Gray nous promène comme dans un ascenseur perpetuel au coeur de différentes visions/représentations du groupe, jouant entre les couleurs des tenues, les instruments, le jour, la nuit, la vie et la mort. Intense et passionnant, pour un groupe qu’on espère vite retrouver sur scène, leur terrain de jeu favori.

Leonis – Apollo

Originaire du 77, Leonis pratique un rap planant énergétique. Oui, c’est une manière bien surprenante de définir sa musique mais pourtant c’est bien ce qui se ressent quand on l’écoute. Le titre s’appelle Apollo, et c’est un réel voyage spatial.L’instrumentale oscille entre une impression d’apesanteur, tout en nous ramenant à la réalité avec des kicks bien percutants. Le clip lui aussi fait référence à l’espace. On y retrouve le rappeur sur le toit d’un bâtiment, il fait nuit et il allume un joint, comme une métaphore pour dire qu’il part lui aussi pour un voyage spatiale. Dans le bâtiment, les livreurs de pizzas, sont des astronautes, comme si ce bâtiment était en réalité la fusée avec laquelle Leonis voyage. Bien évidemment, que serait-ce un voyage sans ses proches, c’est pourquoi on retrouve donc Leonis accompagné par son équipe ainsi que par son nouvel ami astronaute. Ce dernier avec qui il match plutôt bien car sa doudoune Lacoste blanche a des allures spatiales. Un voyage qui attirera certainement dans vos playlist.

CAVALE – PAST

Le passé nous guide, c’est un ami que l’on prend par la main et qui nous rappelle tout ce qui s’est passé dans notre vie, le bon comme le mauvais. Il est bon de parfois se retourner sur le passé, car c’est grâce à lui qu’on réalise ce que l’on est et comment on en est arrivé à devenir qui l’on est. Après nous avoir présenté FUTUR, Cavale est donc revenue cette semaine avec PAST, titre à la douceur mélancolique qui agit comme une lettre qu’elle s’écrirait à elle-même, cherchant avec tendresse à se remémorer que la vie est telle qu’on l’envisage et que rien n’est impossible si on s’en donne un peu la peine. Bien loin de l’énergie de son premier titre, la jeune femme passe donc du côté du slow romantique pour ce nouveau titre. Le clip joue aussi sur cette dualité, après les explosions de couleur du premier, c’est du côté du noir et blanc que Cavale s’oriente, transformant son œil en réceptacle à souvenirs sur lequel se diffuse des images super 8 de son passé. De bon augure pour un premier EP à venir bientôt.

Hornet La Frappe ft Leto ft Rk – C’est mort

Malgré une durée d’attente assez conséquente, surtout dans le milieu du rap qui va très vite, Hornet La Frappe revient. Contrairement à son dernier titre (C’est mort, ndlr), lui ne l’est pas, au contraire il n’a jamais été autant en vie. Un album est à venir fin janvier et le clip de C’est mort est déjà disponible. Un banger sur lequel il a invité RK et Leto a venir découper. Hornet entame le morceau en tant que pharmacien, enfin ce qu’il vend est tout sauf des médicaments. La couleur verte prédomine dans ce commerce, laissant facilement sous-entendre ce qu’il s’y vend. En plus de cette couleur, on retrouve aussi l’abeille, nouvel attribut collant à l’univers du clip avec toi ou même avec son album qui s’intitule Ma Ruche. Les trois rappeurs se retrouvent à l’arrière d’une voiture low rider comme aux States, masqué par une tête d’alien, assez original et pourtant pas du tout dérangeant. Au moment où Leto rentre sur la prod, l’univers change légèrement, on retrouve ce dernier torse nu, armes à la taille comme un cow-boy des temps modernes. RK quant à lui se la joue cambrioleur à esquiver les lasers rouges pour repartir avec un diamant bien gardé. On a donc affaire ici à une réunion de malfaiteurs, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

Georgia – 24 Hours

En 2020, préparez vous à beaucoup entendre parler de Georgia. La jeune femme qui a récemment ouvert pour Metronomy, débarque comme une balle avec son second album Seeking Thrills et compte bien conquérir le monde avec son électro-pop dansante et pensée comme une prise de pouvoir et un moyen de relâchement et de recherche de confiance en soi. Et 24 Hours marche à plein régime dans le genre petite pépite électro-pop imparable qui fait danser les pieds et augmenter les pulsations cardiaques. Le clip qui accompagne le titre va à la même vitesse, nous emmenant à tout allure dans la nuit berlinoise dans un rendu aussi joyeux que frénétique. On en est pratiquement certains, cette nouvelle année appartiendra à Georgia.

Kyrie Kristmanson – Gateway Sin

Il existe des artistes dont il est difficile d’envisager un single tant leur musique semble s’épanouir sur la longueur, trouvant ses variations et ses couleurs au cœur d’un format plus long où les chansons se répondent et explorent des mondes différents et parallèles. La musique de Kyrie Kristmanson semble être de celle-la, nous emmenant dans un monde à la fois onirique et pourtant très connecté au réel où la musique devient une sorte de sable mouvant qui nous aspire. Gateway Sin joue sur la saturation, sur une étrangeté qui fait tout son charme, porté par une voix à la beauté pure. Mais comme on le disait, au milieu de ces expérimentations se trouve le monde dans lequel on vit, refermé sur lui même et rempli d’injustice et d’étrangetés. La canadienne ne nous offre ainsi pas toutes les clés de son univers, préférant laisser à chacun le choix de vivre sa musique comme il le souhaite. Visuellement, elle s’est associée à Temple Caché, dont on avait déjà pu découvrir le travail avec CORPS notamment, pour un visuel lui aussi cryptique, fait de collages et de montages qui poussent parfois vers le psychédélisme. Un titre qui rend curieux et qui vous poussera sans doute à écouter Lady Lightly, son nouvel album.

LE NOISEUR – Aston morphine

Comment vivre ? Comment être libre ? Comment envisager une existence qui nous glisse si facilement entre les doigts ? Les questions sont aussi vastes que les réponses peuvent être diverses. Le Noiseur donne son avis sur la vie, celle qui parfois nous rattrape et nous échappe. Aston morphine, homage à Françoise Sagan, raconte le monde, raconte le temps qui passe, d’abord susurré puis de plus en plus assuré ; d’abord dans l’épure d’un piano puis de manière de plus en plus orchestrée et cinématographique, l’artiste nous fait voyager, nous questionne dans sa poésie et sa douceur. Visuellement, il continue à se faire explorateur du quotidien, à aller là où justement bat la vie, dans le réel et le palpable. Après s’être mué en animateur de thé dansant puis en boulanger, le voilà devenir mécanicien d’un garage spécialisé dans les voitures de collection sous la caméra d’ Aurélien Ferré. Une manière de rester au contact de cette vie qui l’inspire dans toutes ses chansons, comme une ligne directrice qu’il semble donner à son Musique de Chambre à paraitre le 24 janvier.

Bolides & Ehla – Vis-à-Vis

Puisqu’on parlait précédemment de voiture, autant continuer avec Bolides. La blague est aussi facile que complétement assumée. Le trio de Hip-pop revient donc cette semaine avec un nouveau titre en compagnie de Ehla. Entre une production léchée, des voix qui se répondent parfaitement , Vis-à-vis est un petit bonbon pop qui explose dans nos oreilles pour nous réjouir. Lumineux, le titre joue avec délice de l’humour pour décanter un thème romantique souvent traité dans la musique. Et c’est sans doute ce qui emporte notre adhésion, de les voir ainsi s’amuser, d’utiliser les paroles pour prendre à contre-pieds et ne jamais se prendre vraiment au sérieux. La vidéo joue aussi avec ce second degré, entre côté retro assumé, référence au cinéma d’Hitchcock , abdos déssinés au marqueur et partie de mini golf sur terrasse, ils s’amusent de cette confrontation, de cet amour impossible entre voisins. Une petit douceur comme on les aime et qui annonce Boys & Girls Vol 1 prévu pour le 24 janvier.

Younès – Je me rappelle

Souvent, quand on pense rap, on associe cela un peu vite à la capitale française. Mais comme on pu le prouver par le passé moult artistes, le rap va bien au-delà de Paris. C’est de Rouen que vient Younès, et il fait partie de ces artistes qui n’ont rien à envier à la capitale. Le clip commence dans un ascenseur, celui-ci monte et rejoint Younes, dans son appartement en train d’écrire. Une fois cette introduction finie, on retrouve toujours le rappeur, mais cette fois sortant de sa douche pour ensuite aller courir. Les rythmes de ses pas sont calibrés sur son flow, rendant compte d’une certaine hargne dans ses propos. Lors du refrain, il se stoppe pour continuer d’écrire sur son téléphone. Une pause qui l’amènera dans des haut lieux parisiens tel que le jardin des tuileries ou le pont des arts. Le second couplet reprend avec la même hargne que le premier. Et encore une fois, ce sentiment est parfaitement retranscrit à la caméra. Un morceau qui sent bon le rap et qui fait réellement plaisir pour les amateurs du mouvement.

Double Analyse : Monolithe Noir feat Rozi Plain – Blinded Folded

François : retour de plus, celui de Monolithe Noir qui annonce son retour avec un clip et un titre en featuring avec la magnifique Rozi Plain. Cette vidéo réalisée par Lucas Mokrani et Valentin Meaux nous invite à suivre Rozi Plain comme modèle, on se perd dans la nuit entouré des lumières de la ville, seul avec nos pensées, on marche encore et encore dans les traces de notre passé, et pour y trouver quoi ? On ne le sait pas et on ne le saura jamais mais on y va, comme guidé par notre égarement, cet égarement qu’on recherche plus qu’on ne le fuit. Ce titre plein de mélancolie nous transporte dans les hautes sphères de notre conscience, à la fois doux et puissant il ne nous en faut pas plus pour se perdre dans les recoins de notre cerveau si actif au contact d’une mélodie emplie de nostalgie. Le nouvel album de Monolithe Noir, MOÏRA est à paraître le 24 Janvier prochain.

Martin : On part faire un détour du côté du pays de la frite avec Antoine Pasqualini aka Monolithe Noir qui sort un deuxième extrait de son nouvel album Moïra à paraître le 24 Janvier prochain chez Kowtow Records. On retrouve le producteur avec Rozi Plain pour agrémenter de sa voix la musique électronique sombre et organique proposée. La vidéo est signée Meska et nous emmène dans un monde lo-fi de début de nuit, baigné dans les lumières de la ville qui accompagnent la chanteuse dans ses déambulations. Errant visiblement sans but, les plans s’enchaînent comme autant de tableaux remarquablement mis en scène, hypnotisant le spectateur et l’accompagnant dans de douces rêveries au son du morceau, répétitif sans être lassant, dont on appréciera le contraste entre les basses omniprésentes et la légèreté éthérée de la voix de Rozi Plain. De bonne augure avant la sortie d’un nouvel album qu’on attend avec impatience !