Les clips de la semaine #50

La musique ça s’écoute, mais parfois ça se regarde aussi. Chaque semaine, La Face B vous sélectionne les clips qui ont à la fois fait vibrer ses yeux et trembler ses oreilles. Embarquez avec nous pour l’épisode 50.

Shame – Alphabet

On l’attendait, on l’espérait, on le fantasmait … Et enfin cette semaine, une vidéo énigmatique, une annonce qu’on n’espérait plus vraiment : Shame est de retour ! Presque trois ans après le choc Songs Of Praise, le groupe de Brixton revient pour nous secouer les oreilles et annonce un nouvel album à venir avec le ravageur Alphabet. On en attendait pas moins d’eux mais que ce retour fait du bien. Toujours aussi énervés, toujours aussi poétique, les anglais nous balancent un mur du son qui nous est directement adressé. Charlie Steen nous parle autant qu’il se parle, cherchant à travers ce titre à questionner notre sens de la satisfaction, que ce soit à travers la musique ou le monde en général. Pour accompagner le titre, Tegen Williams nous offre un clip complètement fou,comme des bribes hallucinatoires, des saynètes presque cauchemardesques hantées par les démons qui peuvent vivre en nous par moment. Barré et jouissif, si Shame nous demande si on est prêt à se sentir bien, grâce à Alphabet, la réponse est assez claire.

Giant Rooks – All We Are

Quelques semaines après la sortie de leur premier album Rookery, le groupe allemand continuer de combler ses fans en dévoilant un clip pour leur titre All We Are. On fut d’ailleurs surprise de retrouver l’acteur Louis Hofmann qui incarne Jonas dans la série Dark sur Netflix. Dans cette vidéo, il est accompagné de la mannequin Veronica Baron et ensemble ils nous délivrent une chorégraphie qui nous emporte à chaque refrain, le reste du temps nous suivons leurs aventures rythmées par des échanges et illustrés par des décors parfois magnifique. 

Giant Rooks nous délivre donc ici un clip où on ne les aperçoit pas une seule fois mais nous ne restons malgré tout pas indifférente à la voix si unique Frederik Rabe et la capacité du groupe a nous faire voyager pendant chaque titre. On a hâte de pouvoir les retrouver en live le 16 avril prochain à La Maroquinerie pour un concert qui s’annonce épique ! 

Peel – Rom-Com (Live Broadcast 006)

Nouvelle signature de l’excellent label Innovative Leisure, Peel est le nouveau projet commun de Isom Innis et Sean Cimino, des noms pas si inconnus des amateurs de musique indé américaine. Ils viennent d’annoncer la sortie de leur premier EP éponyme pour le 16 octobre et en profité pour dévoiler leur premier extrait Rom Com. Très influencé par certains artistes des années 70/80, le duo nous offre un premier morceau puissant et intense, qui doit autant à Can qu’à Public Image Ltd. et New Order. Une batterie bien mise en avant, des voix qui s’alternent et se mélangent et des intonations électroniques bien senties donnent à ce morceau une vraie force et un côté à la fois inquiétant et dansant. Pour accompagner cette sortie, Peel nous offre une vidéo live réalisée par Taylor Giali, Robbie Jeffers & Peel, tout en noir et blanc qui alternent entre différents angles de caméra, split-screen et incrustration des paroles en volet défilant. De quoi nous rendre franchement impatient jusqu’à la sortie de leur premier effort.

GABRIEL TUR – 🍪 BISCUIT

Cette semaine, Gabriel Tur a enfin dévoilé son premier EP: Papillon Blanc. Une collection de titres pops en français qui développe un univers enlevé à la fois surréaliste et bien plus profond qu’il n’y parait. Pour fêter la sortie, il offre un clip à son titre Biscuit. Derrière l’idée de ce mauvais cuisinier, se cache une métaphore de la relation humaine, ces choses qui brûlent, qui cassent et qui finissent fatalement par laisser un goût amer sur le bout de la lange. La vidéo développe cette idée dans un délire onirique presque inquiétant par moment, idée qui avait déjà fait le succès de son précédent clip, partez devant. Ici, le biscuit prend vie et chasse notre héros qui cherche par tous les moyens à fuir ce pain d’épice qui lui rappelle sans doute tout ce qu’il n’aime pas : une recette à suivre, des responsabilités à suivre et du temps à prendre … L’amour c’est finalement comme les biscuits, si on y fait pas trop attention, tout finit par cramer.

On a rencontré récemment Gabriel Tur pour en savoir plus sur le musicien, une rencontre à retrouver prochainement sur le site.

Japanese Television – Moon Glider

Les Japanese Television nous font faire un tour sur la lune cette semaine, avec le titre Moon Glider et sa vidéo kaléidoscopique tout en couleur réalisée par Innerstrings (aka Chris Tomsett), le master incontesté des visuels psychédéliques de l’autre côté de la Manche. Une basse entêtante, des guitares psyché et un air de clavier éthéré, le quatuor instrumental londonien maîtrise leur son « Space Surf » à la perfection. Moon Glider figure sur leur troisième EP fraîchement sorti : Japanese Television III.

Comme écrit le groupe sur leur page Instagram : « Taste the space »…

PS : Si vous avez raté leur interview, elle est ici.

Raphaële Lannadère (L) – Femmes, Vie, Liberté

Si plus que tout l’art est un engagement : du corps, de l’âme et des mots; il l’est aussi des convictions. Raphaële Lannadère parvient à incarner et transmettre le chant de femmes kurdes. Un chant qui s’élève, rassemble et presque guérit. On pourrait en ressentir les vibrations se faufiler entre les décors que dresse la chanteuse : “les terres du Sinja aux dunes désertiques” au “fleuve Munzur”. Le rapport à la nature y est surnaturelle, presque spirituel, puisque : “Je ne trahirai pas ce que murmurent les pierres.” Un murmure qui pourrait être le souffle de la combattante Sakine Cansız : “Écoute le grandir, scander Le nom de Sakine.” Tout comme son précédent titre El Djazaïr, L prend la peau d’un autre, cette-fois-ci une combattante kurde, peut-être l’une dont les portraits réalisées par la peintre kurde Zehra Doğan, qui défilent tout au long du clip. Au sujet de ce clip, il y a un article du blog Kedistan qui conclut avec justesse sur cette phrase de Louis Aragon : “De la femme vient la lumière. Et le soir comme le matin. Autour d’elle tout s’organise”.

French 79 – The Remedy

On ne pensait plus vraiment avoir de nouvelles vidéos liées à Joshua, le deuxième album de French 79. Trois clips étaient déjà sortis, tous de qualité, et puis finalement nous parvient ce petit bijou pour imager The Remedy. D’un style qui pourrait laisser croire à une approche enfantine, il s’avère plus profond qu’au premier abord. Intégrant des références aux précédents clips du marseillais, il met en scène un petit personnage dont on comprendra par la suite l’identité, qui déambule au sein d’une fête foraine, à la rencontre d’autres personnages. Il illustre ainsi les paroles du morceau, de la recherche de rédemption à travers l’autre, le tout au son toujours aussi léché et chaleureux des synthétiseurs de Simon Henner. On ne se lasse pas d’un album qui fêtera bientôt son premier anniversaire, et qui continue à tourner en boucle dans nos playlists et sur nos platines.

P.R2B – Des rêves

Le film prend place sur les terrasses d’un bâtiment d’un campus universitaire du sud parisien entouré de verdure. L’architecture faite de sobres lignes horizontales noires et blanches sert de décorum à un lieu qui se mue le temps de la chanson en cortex du cerveau de P.R2B ; siège des émotions, là où les rêves prennent vie. Les rêves sont rarement linéaires car ils répondent à la logique de notre imaginaire et non à celle du réel. De longs plans séquences, caméra à l’épaule, mettent en relief ce fouillis apparent. Les rêves sont aussi ce que l’on a de plus personnel. Ainsi les partager, c’est partager son intimité dans ses peurs, ses révoltes, ses indignations mais aussi ses aspirations. Les tableaux s’enchaînent vite comme par association d’idées. Les sujets se bousculent les uns avec les autres, jusqu’au moment où la ligne musicale marque une pause et où le rythme ralentit.

« Quand les cœurs et les corps sont au même BPM »

Le noir et blanc utilisé pour les scènes du rêve disparait alors et laisse place à la couleur pour les dernières séquences. Mais il s’agit de couleurs crépusculaires, marquant cet état de conscience si particulier entre sommeil paradoxal et éveil.  
 Des rêves a été publié quelques jours avant la sortie chez Naïve du premier EP de P.R2B qui lui emprunte son nom mais aussi, pour la couverture, les dernières images du film.

Bolides – Adèle et moi

Cette semaine, les comparses de Bolides ont dévoilé leur nouveau clip, tant teasé sur leurs réseaux sociaux. Le public attendait donc cette vidéo avec impatience.

Cette fois, Bolides construit un récit autour d’un amour idyllique et de l’adoration de l’autre, de son côté inaccessible. Un amour impossible, en somme. On ne peut que vous conseiller d’aller regarder le titre pour connaître la fin de cette histoire.

Avec Bolides, l’image semble tout aussi important que le son. Ainsi, le clip accompagne et complète parfaitement le texte. Dans la vidéo de Adèle et moi, la mise en scène de la distance entre deux êtres est représentée par la distance d’un écran de télévision : on désire ce que l’on ne peut pas atteindre.

Un nouveau clip assez philosophique donc, et Bolides ne nous déçoit pas.

Enchantée Julia ft. Luidji – Cinéma

Quand Enchantée Julia rencontre Luidji, ça donne un featuring R’n’B aux notes sucrées nommé Cinéma.

Il y a quatre jours, les deux artistes révélaient le fruit de leur collaboration au grand public. Résultat : même le clip nous replonge dans les années 90, lunettes 3D en carton, baggies, chaînes en or qui brillent…

Le titre, lui, est un mélange très élaboré entre la douceur d’Echanté Julia et la nonchalance du rappeur. « Près de ses sièges rouges », on trouve un featuring dansant mais étrangement relaxant. Le R’n’B ,ous manquait tant…

Arigato Massaï – Blame Game feat. Elo Tomi & FORM

Chez Arigato Massaï, on danse mais cela n’empêche jamais de penser. Issu de leur EP How We Go, le titre Blame Game orchestre une rencontre, un dialogue sur le dancefloor entre deux êtres et en leur centre une relation toxique et tout ce qu’elle implique : souffrance, manipulation aliénation, violence … La grande beauté de ce titre, aux sonorités planantes et oniriques, vient de la rencontre entre les deux voix qui font tout le sel et la puissance du morceau. Entre la voix soul du chanteur de FORM dans le rôle du manipulateur et celle parfois violente et martiale de Elo Tomi qui penche du côté de la victime de cette relation malsaine et destructrice. Bref, un morceau qui ne peut laisser indifférent et qui se trouve accompagner d’une vidéo à la fois coloré et presque psychédélique qui met en avant les paroles du titre, histoire de mettre une nouvelle fois le doigt sur tout ce que provoque ce genre de rencontres. Brillant et prenant.

Yore- Bon Mot feat. Katie Drew

Vous avez aimé découvrir Yore, avec son single Shade, le mois dernier ? Alors vous devriez aimer son tout nouveau titre Bon Mot, en featuring avec Katie Drew. Dans une mouvance similaire, Yore continue de nous faire plonger dans ses douces notes psychédéliques aux couleurs de l’été indien. A l’écoute de sa musique, une sensation électrisante de bien être flotte au creux de nos oreilles. Avec une voix aussi paisible que le chant d’une sirène, on se retrouve à nouveau transportés dans un océan de douceur. Un océan dans lequel on se laisse porter par des vagues ensoleillées, avec confiance et légèreté.

Zoo Baby – Une métaphore pour l’amour

Chez La Face B, on a toujours un regard qui se porte avec attention et curiosité du côté de nos cousins du Canada. Cela tombe bien, puisque le Québec débarque en force cette semaine avec Zoo Baby qui dévoile son premier titre en France : Une métaphore pour l’amour. Le garçon nous offre une petite bulle de douceur pop, le genre de titre enlevé qui nous embarque directement dans son monde. Une composition coloré et dansante associée à une fois de droopy crooner, presque distancié et hors du monde.
Pour accompagner ce titre, c’est un clip complètement décalé, franchement drôle, jouant régulièrement avec la ligne jaune du mauvais goût, mais tellement assumé qu’il finit par accrocher notre adhésion totale. Alors on se retrouve au soleil, les pieds dans le sable et une noix de coco dans la main, pour regarder l’amour nous tomber dessus sans prévenir.

Crystal Murray – August Knows

Quel plaisir à chaque écoute de retrouver la voix si douce de la talentueuse Crystal Murray. C’est aujourd’hui pour la vidéo de August Knows, titre de son EP I Was Wrong sorti plus tôt en 2020 que la redécouvrons.Dans ce clip, Crystal Murray se fait enchanteresse, elle nous chante son titre en fixant la caméra d’un regard envoutant.
C’est un magnifique jeu de couleur auquel on assiste lorsqu’on visionne cette vidéo, entre le rouge et le bleu qui colorent la peau de l’artiste à l’eau de la piscine d’un jaune éclatant, on en prend plein les yeux et surtout plein les oreilles.
On a hâte d’en découvrir plus de la part de la jeune chanteuse parisienne tant son art nous séduit jusqu’à présent.

Keep Dancing Inc – Start up Nation

Plutôt chômeur que start uper ! Non on déconne, aujourd’hui on va parler d’une nouvelle vidéo du groupe parisien Keep Dancing Inc avec leur titre Start Up Nation, c’est un véritable court métrage que l’on découvre avec des costumes et des plans bien saisissants.
On y découvre ainsi des inventions inutiles, propre de l’innovation permanente de nos pépites et joyaux entrepreneuriaux français.
Après tout, « If you can’t get a job, create your own », puisque dans la start up nation tu ne seras jamais seul. Quel excellent moyen de rejoindre le club des jeunes actifs, et pouvoir enfin boire des coups en rooftop après avoir scale up sa boite.
Bon d’accord on en fait beaucoup, toujours est-il que ce clip est vraiment magnifique avec des couleurs folles et la sensation d’entrer dans un monde à part entière, sans parler du morceau en lui même qui est excellent et tellement entrainant. A vous de voir si vous voulez tenter l’expérience start up Nation, tendez l’oreille, appuyer sur play et laisser vous transporter dans le monde de demain.

Yelle – J’veux un chien

Alors que Yelle nous avait subjugué avec ses clips pour le dramatique Je t’aime encore ou le très addictif Karaté, voilà qu’elle revient avec de quoi illustrer ce morceau empli de désir qu’est J’veux un chien. Dans ces visuels signés Giant, on y voit l’artiste vêtue de son iconique combinaison, à bord d’un yacht en direction d’un ailleurs où ses désirs seraient assouvis. Plus obsédant que jamais, ce titre est une nouvelle invitation à se laisser embarquer dans son univers langoureux. Un univers où la question d’identité, de rapport à l’autre, de libération de la femme et tant d’autres sont au premier plan de son dernier et excellent album L’Ère du Verseau sorti le 4 septembre dernier.

Ichon – 911

Trois ans après la sortie de son album Il suffit de le faire, Ichon a enfin mis un terme à cette tortueuse attente avec la sortie du très grand Pour de vrai, quatrième opus du rappeur paru cette semaine. Un album guidé par une introspection rétrospective, où l’artiste s’y dévoile davantage avec une émotion sans pareil et à l’origine de l’admiration qu’on lui porte depuis ses débuts. Des fleurs, l’immensité de l’existence, ses débris mais aussi sa beauté sont au premier plan de son puissant et entêtant single 911 pour lequel Ichon a fait appel aux talents multiples de Global (Fils Cara, Laylow) qui ont su attribuer une esthétique léchée et poétique à ce morceau où l’émotion y est palpable, sans surprise.

Lesneu – Depression

Quel plaisir d’inclure une nouvelle fois Lesneu dans notre sélection hebdomadaire ! Paru en mars dernier, leur album Bonheur ou tristesse nous avait tous (sans exception) bouleversés. Les voilà alors de retour avec un clip pour le morceau Depression où on y est une nouvelle fois bercé par leur mélancolie innée et la voix suave et puissante de Victor Gobbé. Réalisé par Théo Sanchez, ce clip s’arrête sur le quotidien d’individus qui semblent n’avoir rien en commun jusqu’à ce que l’immuable souffrance dépressive vienne nous contredire. Un clip à cause duquel les larmes couleront de toute évidence avec ce nouveau sans faute courtoisement offert par nos bretons préférés.

KIM – Les chanteuses

Dans ce clip, l’insolite Kim Giani rend hommage à ses chanteuses préférées. Il fait même de leurs noms respectifs la chanson. Ainsi, Kumisolo, Ava Carrère, La Chica, Carmen Maria Vega, Victorine et Clea Vincent dont on peut voir les visages sur le diaporama déjanté, avivent la chanson autant qu’elles ont dû aviver l’inspiration. Les deux premières minutes du clip sont le panorama de l’admiration pour elles, ce clip éclatant est teinté d’une pop joviale qui se métamorphose au fil des secondes en pop-art, l’artiste ne cachant pas l’enthousiasme de chanter et de pianoter. Sur fond flashy en opposition avec les planètes et la voie lactée, le rythme est dansant, enivrant et excessivement feel-good. Au bout de deux minutes d’euphorie musicale se produit l’inattendu. Les planètes ont pris possession du clip, le fond bouge légèrement, et l’on continue d’entendre la voix de Kim Giani. Oui, mais sa voix parlée. Pendant plus de 3 minutes, il nous embarque dans son univers, acoustiquement, intimement. C’est comme s’il était à côté de nous, dans une chambre ou un salon, on le verrait presque jouer. Il commence alors à expliquer son clip. Il improvise quelques accords au fur et à mesure de son discours. Il continue de remercier d’autres chanteuses. Et nous fait rêver sur fond de système solaire. Un clip aussi dansant qu’intime, une entrée de plus pour la psyché de l’artiste, une voix sortie de nulle part sertie de bienveillance. Kim Giani a encore frappé et l’on n’est pas au bout de nos peines !

Pyla – Tout pour plaire

On vous avait présenté Pyla à l’occasion de la sortie du premier morceau de ce nouveau projet des Hauts de France, Fin du Sablier. On les retrouve cette semaine avec un nouveau clip, images mises sur le morceau Tout pour plaire. On passe à une esthétique plus urbaine, illustrée de manière contemplative, en collaboration avec Budysp qui prend le micro pour y parler de son spleen dans une vie qui pourtant ne manque pas de points positifs. On en retient une production léchée et subtile et on a hâte de découvrir la suite du projet.

Space Alligators – Truck

Ca fait longtemps qu’on a envie de vous parler ici des Nordistes de Space Alligators, et en voici enfin l’occasion à travers ce clip de Truck, extrait du deuxième EP à paraître de la formation. Ici, c’est du rock, ça chipote pas, ça claque des guitares et des basses, et on présente les musiciens façon Real Estate qui aurait pris des vitamines. On suit en parallèle les vies de 3 personnages dont on connaîtra l’évolution au fil des images. Truck, ça claque comme le frein pneumatique d’un 40 tonnes lancé sur l’autoroute du rock, et ça fait du bien. Rendez-vous au prochain épisode pour la sortie de l’EP.