IDLES : « La musique et l’art sont une plateforme sur laquelle des gens peuvent communiquer sainement »

On les attendait un peu comme le messie et on a sagement patienté pendant de longs mois. Leur live aux studios d’Abbey Road à Londres a été l’évènement musical le plus excitant de la sortie du confinement et a attisé notre impatience. C’est fin septembre qu’IDLES a mis fin à notre trépignement en livrant Ultra Mono, un album chargé de leur énergie punk libératrice, abordant des sujets d’injustices sociales et prônant le développement personnel. On a posé des questions à Joe Talbot pour en savoir plus sur la conception de l’opus et sur les convictions que le groupe défend dans leur musique comme dans la vie. On a parlé entre autres d’acceptation de soi, de féminisme… et de leur amour pour la France…

Astrel K : « c’était génial de sortir quelque chose de physique à un moment où le monde est si symboliquement non-physique. »

On s’est laissé envouter par You Could If You Can, le premier morceau solo psychédélique et aérien d’Astrel K aka Rhys Edwards, le chanteur/guitariste d’Ulrika Spacek. Sorti en 45 tours en édition limitée numéroté et tamponné à la main, l’objet, comme la chanson, est unique et personnel. Nous avons posé quelques questions au musicien britannique basé en Suède qui s’apprête à sortir son premier album…

To Love Is To Live : La Vie et l’Amour Selon Jehnny Beth

Plus connue en Angleterre où elle a habité pendant 12 ans et formé Savages (avec lequel elle a sorti deux albums), Jehnny Beth (Camille Berthomier de son vrai nom) est revenue s’installer en France pour s’atteler à la création de son premier album solo : To Love Is To Live. La musicienne s’y met à nue et dévoile ses multiples personnalités, incarnant différents rôles, transcendant les genres et les styles musicaux.

Drowned : Le Cri du Coeur de Storm Orchestra

Storm Orchestra sort Drowned, un morceau rock et efficace aux guitares fracassantes et aux airs de fin du monde. Le titre gonflé de riffs sauvages, délivre un message engagé en quête d’espoir devant un monde qui s’enlise petit à petit vers une fin certaine. Le morceau tout en urgence, prend des allures de cris du cœur et d’appel au secours.

Amusement Parks On Fire : « C’était amusant de faire ça »

Après un gros succès aux États-Unis et en Europe et des années de tournées des deux côtés de l’océan, Amusement Parks On Fire avait disparu pendant près de 10 ans. Le groupe anglais aux soundscapes atmosphériques de guitares 90’s refait surface en ce moment, et revient avec Thankyou Violin Radio Punk, un album composé de raretés et de morceaux qui n’avaient jusqu’à présent jamais vu le jour. Ils nous ont accordé une interview exclusive pour la sortie de cet album avant la parution de leur quatrième opus studio plus tard cette année. On a parlé de L.A., d’Islande et de shoegaze (ou non…).

Jehnny Beth : « En fait l’idée c’était un peu d’être dans la position de l’explorateur avec ma lampe torche et d’aller dans des endroits où j’étais jamais allée. »

On avait découvert Jehnny Beth lorsqu’elle était à la tête de Savages le temps de deux puissant albums, Silence Yourself et Adore Life. Elle nous revient avec son premier album solo, To Love Is To Live, album tout aussi puissant qui explore la Vie et l’Amour à travers les différentes facettes de la personnalité complexe et incandescente de la musicienne française longtemps basée à Londres. On a voulu en savoir plus sur cette artiste hors pair et sur la conception de To Love Is To Live…