ADN #528 : M. Byrd

ADN : Acide du noyau des cellules vivantes, constituant l’essentiel des chromosomes et porteur de caractères génétiques. Avec ADN, La Face B part à la rencontre des artistes pour leur demander les chansons qui les définissent et les influencent. M.Byrd vient de sortir Flood, son premier single depuis la sortie de son premier EP, Orion. Il nous parle aujourd’hui des morceaux qui composent son ADN musical.

M. Byrd
Crédit photo : Joseph Strauch

Alice Coltrane – Turiya And Ramakrishna

FR : Mon premier choix est la version studio de Turiya And Ramakrishna d’Alice Coltrane. J’aimerais qu’il existe une version live de cette chanson, mais je n’arrive pas à en trouver une. Je pourrais dire beaucoup de choses sur cette chanson, mais ce qui me frappe le plus, c’est à quel point cette simple mélodie devient kaléidoscopique au fur et à mesure que l’on écoute la chanson.
Ce petit mouvement part de la plus simple des idées, et Alice ne le joue pas une seule fois de la même manière dans la chanson. Il n’y a tout simplement rien entre l’auditeur et cette mélodie et chaque fois que je suis en studio pour travailler sur quelque chose, je veux rester exactement dans cet état d’esprit, donner une chance à la forme la plus pure/simple de l’émotion qui sort de moi ce jour-là. La mélodie mantrique de Turiya And Ramakrishna a vaguement inspiré la mélodie au piano de notre chanson Morning Sun.

EN: My first choice is the studio version of Turiya And Ramakrishna by Alice Coltrane. I wish there was a live version of her playing it but I just can’t find one. I could say so much about this song but what really sticks out to me is how kaleidoscopic that simple melody becomes the longer you listen to the song.
This little movement is the simplest of ideas and Alice doesn’t play it the same once in the song. There is simply nothing between the listener and that melody and every time I am in the studio working on something I wish to stay in exactly that mindset of giving a chance to the purest/simplest form of emotion that comes out me on that day. The mantric melody in Turiya And Ramakrishna vaguely inspired the piano melody in our song Morning Sun.

Janis Joplin – Ball & Chain – Monterey Pop

FR : En parcourant mes vidéos préférées, je me fixe comme objectif de trouver les moments qui me font décrocher la mâchoire et dresser les poils des bras. Avec de la musique nouvelle, j’ai parfois l’impression que c’est comme la foudre – on peut rester debout dans un champ en attendant d’être frappé par elle, mais les chances que cela arrive sont microscopiques. Mais quand ça arrive, ça peut vous ouvrir les portes de mondes que vous ne pouviez même pas imaginer.

C’était ce qui s’est passé pour moi avec ce spectacle de Janis Joplin que j’ai vu pour la première fois il y a trois ans dans une salle de classe avec un professeur de littérature, Dr Adelt. Je faisais encore mon master de littérature à l’époque et il a écrit un livre sur Janis, essayant ainsi de nous intéresser à ce lien. Tout est parfaitement désaccordé dans cette vidéo, et son énergie indomptée suinte à travers les haut-parleurs de l’ordinateur portable. (La marque temporelle spéciale est le visage de Mama Cass à 3:30, c’est exactement ce que je regardais quand j’ai vu cette performance pour la première fois. Ça devait être irréel d’être là).

EN: Scanning through my favorite videos I set myself the bar of the moments where I feel like the make my jaw drop and the hairs on my arm stand up. With new music I sometimes feel it’s like lightning – you could stand out in a field waiting to be hit by it but chances are microscopic that it actually. But when that happens – it can open up the gates to worlds you couldn’t even imagine.

It was the same for me with this Janis Joplin performance that I first saw three years ago in a seminar room with literature professor Dr. Adelt. I was still studying a literature master degree back then and he wrote a book on Janis thus trying to get us interested with this link. Everything is perfectly out of tune in this and her untamed energy is just oozing through the speakers of her laptop. (Special time mark is Mama Cass’s face at 3:30, that’s exactly how I looked when I first saw this performance. Must’ve been unreal to be there.)

Stevie NickWild Heart

FR : La personne qui a filmé cette répétition de Wild Heart de Stevie Nick mérite un Oscar involontaire. C’est un document sur l’une des plus grandes chanteuses à avoir jamais honoré cette planète et la pureté de la performance me donne envie de prendre un instrument et de jouer.

EN: The person who filmed this rehearsal of Stevie Nick’s Wild Heart deserves the unintentional Oscar. It is a document of one of the greatest singers to ever grace this planet and the purity of the performance just makes me want to pick up and instrument and play.

Neil Young chilling on his ranch and talking about his work (early 70s)

FR : Malheureusement, ce clip de Neil Young dans sa ferme où ils ont enregistré Harvest n’est plus disponible sur YouTube. On peut entendre le haut-parleur d’où raisonne Words à travers les collines, avec le vent qui déplace le son d’un côté à l’autre. La musique de Neil m’a frappé avec une telle force il y a 5 ou 6 ans, et ce clip y a joué un rôle important car il capture un esprit nostalgique qui, à mon avis, est plus que jamais d’actualité – une nouvelle orientation vers la nature, contre tous les obstacles d’un monde hautement capitalisé. Vous pouvez retrouver cet esprit dans Harvest et il me donne de l’espoir chaque fois que je l’écoute.

EN: Unfortunately not available on YouTube anymore is this clip of Neil Young hanging out on his farm where they recorded Harvest. You can hear the speaker echoing Words through the hills with the wind shifting the sound from one side to another. Neil’s music hit me with such a force 5-6 years ago and this clip played a big part in it as it captures a nostalgic spirit that I believe to be more than ever relevant –  a new orientation towards nature against all the odds of a highly capitalized world. You can hear that spirit in Harvest and it gives me hope every time I listen to it.

Extrait de Twin Peaks (David Lynch) – Every Day Give Yourself a Present

FR : Ce petit extrait de Twin Peaks me fait sourire à chaque fois. Pour moi, c’est plus qu’une citation, c’est une philosophie dont je veux me rappeler chaque jour. Dans un monde aussi turbulent, il est très facile d’oublier d’être bon envers soi-même, et l’agent Cooper le résume assez bien ici !

EN: This little snippet form Twin Peaks makes me smile every time. It’s more than a quote to me, more of a philosophy that I want to remind myself of everyday. In such a turbulent world it’s very easy to forget to be good to yourself and Agent Cooper sums it up pretty well here!

Découvrir M.Byrd :

Suivre M.Byrd sur Instagram et/ou Facebook.