ADN #59 : EXTRAA

ADN : Acide du noyau des cellules vivantes, constituant l’essentiel des chromosomes et porteur de caractères génétiques. Avec ADN, La Face B part à la rencontre des artistes pour leur demander les chansons qui les définissent et les influencent. Dans le cadre de la journée qui leur est consacrée, les membres d’Extraa nous ont donc confié les cinq morceaux qui définissent leur ADN musical.

crédit : Ella Hermë

Tobias Jesso Jr – Just a Dream (Alix)

C’est en écoutant l’album GOON de Tobias Jesso Jr pour la première fois, que ma manière de composer et mon instrument principal se sont retrouvés renversés. Je me suis mise à beaucoup composer au piano à partir de ce moment-là.
J’ai fait 4 ans de piano entre mes 9 ans et 13 ans, j’avais complètement abandonné cet instrument mais après cet album je me suis replongée dedans et c’est comme ça que certaines chansons telles que Anymore, Turn on the lights, Darling Valentine ou A flower and a man ont vu le jour. A travers ses mélodies, son côté simple, naturel, et son émotion réelle, cet artiste m’a ouvert une porte que j’avais complètement laissée de côté, et je lui en serai toujours reconnaissante.

Blood and Rockets – The Claypool Lennon Delirium (Pedro)

C’est mon album découverte de 2019. Ils sont carrément plus prog qu’Extraa, mais je trouve qu’on dégage les mêmes ondes. On se laisse embarquer par le son et, en contrepartie, il y des passages plus happy, en restant très psyché. L’influence héréditaire Beatles se fait très fortement entendre. À la première écoute j’ai eu des frissons d’entendre la voix de Sean, tellement proche de celle de son père. Étant bassiste, j’apprécie énormément les lignes de basse de Claypool, qui sont super mises en avant et très mélodiques. Avec Extraa, il y a sur certains morceaux, des passages où la ligne de basse sert comme fil mélodique important, comme sur A Flower and a Man ou Anymore. J’avais envoyé l’album au groupe il y a quelques temps pour que tout le monde l’écoute, Alix a direct réagit, elle étant déjà tout autant fan que moi !

The Beach Boys – When I Grow Up (To Be A Man)(Thomas)

Les Beach Boys, c’est le meilleur groupe du monde. Incompris et sous estimé, si ce n’est le meilleur du monde, c’est le plus grand compositeur de pop de l’univers : Brian Wilson. Le rapport avec Extraa ? On a en commun l’écriture d’une pop avenante et ensoleillée qui cache une grande mélancolie et douceur. L’envie de ne jamais grandir, rester pour toujours des enfants.

Lemon Twigs – The Lesson (Antoine)

The Lemon Twigs est un groupe assez important pour Alix et moi, il fait partie des groupes qui ont encouragé le projet à amorcer son virage « revival 60’s/70’s » après notre premier EP (sous le nom Melody Says) résolument plus folk/pop. Les frères D’Addario ont composé des chansons magistrales, dignes de tous leurs prédécesseurs, à 20 ans à peine, ce qui est forcément stimulant pour des musiciens comme nous désireux de se revendiquer des mêmes influences. Nous avons eu la chance de les voir sur scène à la Route du Rock il y a deux ans et je pense que j’ai assisté à ce moment là à l’un des meilleurs concerts de ma vie, même si mon jugement était sûrement altéré par beaucoup de bières. « The Lesson » est un morceau très classe, très racé, utilisant de magnifiques arrangements de cordes, ce genre d’arrangement que nous avons eu aussi envie de produire sur certains morceaux de l’album.

The Beatles – Flying (Alexis)

Impossible de ne pas les citer, et pourtant avec « Flying » des Beatles je pointe surtout le soin qu’Alix et Antoine ont donné aux arrangements et à l’ambiance des morceaux de « Baked ». Le côté boite à musique, les trompettes du mellotron, tout l’habillage en somme, on a passé un bon moment à peaufiner tout ça au studio pour mon plus grand plaisir 

Écoutez Baked :